Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

dimanche 4 mai 2014

Saemidori de Makizono, Kagoshima, récolte manuelle, 2014

Comme chaque, voici le nouveau sencha cultivar Saemidori récolte manuelle de Makizono. Il s'agit d'une localité du département de Kagoshima, dans la partie de montagne de la ville de Kirishima. Cette situation explique pourquoi ces thés arrivent plus tard que la plupart des autres thés de Kagoshima, situés en plaine.

Il s'agit d'un fukamushi cha, produit par M. Nishi, dont la maîtrise technique est réputée. Il travaille par ailleurs dans les conditions du bio, sans faire les demandes de certifications pour des raisons pratiques, logistiques, financières.

Ce « cru » 2014 est sans surprise, car comme d'habitude excellent, meilleur encore que l'an dernier me semble-t-il.
Les feuilles sont très belles, si tous les fukamushi pouvaient être ainsi..... Parfum sucré d'une torréfaction moyenne, lançant de la place à une très vivifiante fraîcheur, et à de très douces senteurs d'herbes sèches.
Saemidori, croisement de Yabukita et Asatsuyu est un cultivar réputé pour sa « verdeur » et sa force en umami. On l'utilise en général pour faire des sencha d'un bon niveau, mais aussi aujourd'hui pour du gyokuro.

Avec un tel background, pas de problème, on peut dire qu'il n'y a pas besoin de tester pour savoir qu'un bon dosage de feuilles, avec de l'eau bien tiède, 60-65°C, une minute environ, donnera un résultat bien plus que satisfaisant (heu, en fait, j'ai quand même essayé …). Donc, pour voir ce que vaut ce sencha plus en profondeur, essayons avec une eau plutôt chaude, 80-85°C environ :
Pour cela, j'utilise 4g, 70ml, 45s.

La première infusion est ainsi parfaite. Le parfum vert et frais de ce cultivar ressort bien sûr à merveille, et la liqueur est très douce, pas lourde, sans astringence, et le petit goût de haricot hérité de Asatsuyu est là mais discret.

Avec de l'eau à peine plus chaude, j'ai fait une deuxième infusion courte, 5s environ, qui donne une liqueur très agréable, mas peut être un peu trop légère. En laissant plus longtemps la troisième, avec de l'eau à 90°C, on regagne en force, sans astringence encore, mais les caractéristique du thé sont plus effacées. La liqueur est très rafraîchissante, avec suffisamment de longueur et de bonnes sensations en gorge.

En utilisant un peu plus de feuilles et de l'eau tiède, on obtient un résultat plus fort, plus dense, et qui surtout tient plus sur plusieurs infusions. Néanmoins, dans les deux cas de figure ce sencha se laisse boire tout seul, l'absence d'astringence ne vient pas pour autant voir arriver une douceur umami trop forte. Le caractère très rafraîchissant de l'infusion chaude, et celui plus profond de l'infusion tiède sont tous deux très naturels, veloutés. Une telle délicatesse est rare chez les fukamushi.